Actualités

FC Annecy

Coupe de France (8e tour) – Anthony Le Tallec : « On a les moyens de lutter avec Chambly »

05 déc. 2019
En direct du Fécé
Vainqueur de la Coupe de France en 2007 avec le FC Sochaux-Montbéliard, Anthony Le Tallec accorde beaucoup d'importance à cette compétition. L'attaquant des Rouges nous parle du match du 8e tour samedi face au FC Chambly (L2) au Parc des Sports.

Anthony, est-ce un avantage d’affronter un adversaire qui rencontre actuellement des difficultés en Ligue 2 ?

« Ce n’est pas forcément un avantage. La Coupe de France, c’est souvent une bouffée d’oxygène pour les clubs qui sont en difficulté en championnat. Je l’ai vécu avec Orléans. Le seul avantage pour nous sur ce match, c’est de pouvoir jouer à domicile. Pour moi, c’est du 50-50 ». 

Tu as remporté la Coupe de France en 2007 avec Sochaux. Est-ce une compétition qui te tient à cœur ? 

« J’adore la Coupe de France, c’est une compétition à part. J’aimais beaucoup moins la Coupe de la Ligue …  Je garde de très bons souvenirs de l’aventure avec Sochaux. On avait réalisé un magnifique parcours, avec comme cerise sur le gâteau cette finale remportée aux tirs aux but contre l’Olympique de Marseille (2-2, 5 tab 4). La Coupe de France réserve souvent des surprises, et j’espère qu’on va en créer une samedi ». 

Quels seront les ingrédients à mettre pour espérer créer cette surprise samedi ?

« Il faudra mettre tous les ingrédients car ça ne va pas être évident pour nous. Chambly, c’est une équipe de Ligue 2 qui est très athlétique. On sait que ça va être un gros combat mais je pense qu’on a les moyens pour lutter avec cette équipe ».  

Le fait que les clubs de Ligue 1 rentrent au prochain tour, est-ce une motivation supplémentaire ?

« Bien évidemment. On a tous envie de prendre une Ligue 1, ce serait super pour le club et la ville. A titre personnel, c’est vrai que je rêverais de pouvoir affronter mon frère Damien qui joue à Montpellier. Mais il faut déjà passer ce 8e tour, et la tâche s’annonce ardue ». 

Ce 8e tour de Coupe de France peut-il être bénéfique pour le championnat, alors que vous restez sur trois matchs sans victoire ?

« En effet, il peut nous redonner surtout de la confiance. On a besoin de ça parce qu’on joue bien mais on ne concrétise pas beaucoup. Si on peut le faire samedi en Coupe de France, ce serait magnifique même si la priorité reste le championnat ». 

"Il me manque ce premier but mais je sais qu'il va arriver bientôt"

Qu’est ce qu’il manque pour faire pencher la balance du bon côté ? 

« Il nous manque de la réussite, il nous manque aussi cette dernière passe et ce dernier geste. On maîtrise à chaque fois notre adversaire mais on n’arrive pas à concrétiser ».

Le doute peut-il s’installer dans la tête des joueurs offensifs ? 

« Oui ça existe mais à ce que je vois dans le vestiaire, personne ne doute. On est confiants, on sait ce qu’on est capable de faire. Ça va vite revenir ». 

Comment juges-tu le championnat de National 2 que tu découvres cette saison ?

« Je savais que c’était un championnat très dur. Les matchs sont des combats chaque week-end. Ce qui est difficile, c’est d’aller jouer à l’extérieur dans des stades et sur des terrains qui ne sont pas toujours de très bonne qualité ».

Tu n’as pas encore trouvé le chemin des filets avec l’équipe première. Est-ce que ça t’inquiète ?

« Non pas du tout. Au quotidien, je me sens bien avec mes partenaires. Il me manque ce premier but mais je sais qu'il va arriver bientôt. Je l’espère dès samedi ».

Comment te sens-tu sur le plan physique ? 

« Quand je suis arrivé au club, j’ai dû attendre un mois et demi avant de jouer. Ensuite j’ai eu un petit pépin physique qui m’a contraint à m’arrêter de nouveau. Là, je me sens bien et je vais pouvoir enchaîner les matchs ». 

 Est-ce que ça été facile pour toi de t’adapter au monde amateur ?

« Ce n’est pas évident de s’adapter au monde amateur même si le club est très bien structuré. Je me suis dit qu’il me fallait à peu près six mois. Il y a une grande différence au niveau des structures, des déplacements, de la rigueur aux entraînements et aussi de l'organisation au quotidien. Chez les amateurs, on est obligé de se prendre en charge à 100%. Quand on est joueur professionnel, on est assisté. Laver ses affaires de foot soi-même, ça fait bizarre au début. Mais je suis confiant, je sais pourquoi je suis là. J’assume et le principal est que je sois heureux. Je le suis ici ». 

Propos recueillis par Jean-Baptiste VIVIAND

 

Vos commentaires

Retour ›
FC ANNECY
Présente
Devenez fan

Billetterie en ligne

Réservez vos places
Et gagnez du temps à l'entrée du stade

Boutique Officielle

Découvrez tous les produits
Disponibles les soirs de match

Devenir partenaire

Découvrez nos offres
Et rejoignez le réseau
Partenaires
Partenaires institutionnels