Actualités

FC Annecy
Capture d’écran 2021-10-01 à 15.19.28-min

National 1 (J9) – Laurent Guyot : « De la sueur, du travail et de l'implication »

02 oct. 2021
Actualité
L'entraîneur du FC Annecy, Laurent Guyot, nous parle de la rencontre à venir face au FC Villefranche Beaujolais, lundi 4 octobre à 21h.
 
Laurent Guyot, entraîneur du FC Annecy

 

Il n’y a pas de matchs plus importants mais celui-là est quand même plus excitant, non ?

 

« Ah bon, pourquoi ? C’est un nouveau match contre une très bonne équipe, l’une des deux équipes invaincues avec Bourg-en-Bresse dans ce championnat, assez logiquement après ce que j’ai pu voir. Ils sont peut-être moins spectaculaires en termes de résultats que Bourg (qui marque beaucoup) mais c’est une équipe qui joue bien, solide et leur parcours de fin de saison l’année dernière leur fait beaucoup de bien mentalement. C’est peut-être excitant dans le sens où c’est un nouveau challenge face à un bon adversaire et c’est bien d’affronter des bons adversaires. A nous de mettre en place ce que l’on sait faire et s’appuyer dessus. A nous de faire abstraction des forces de l’adversaire pour se concentrer sur les nôtres et faire le match que l’on a envie de faire. Il faudra aussi faire sans Ahmed Kashi et Jonathan Goncalves qui sont suspendus, Madyen qui ne sera pas encore remis et Jacques Siwe qui s’est blessé à l’entraînement hier. C’est le lot de toutes les équipes et les cartons rentrent en ligne de compte, les blessures aussi. A nous de faire avec. »

 

C’est quand même le premier choc de la saison, au moins d’un point de vue comptable ? 

 

« Oui, c’est deux équipes qui ont engrangé beaucoup de points en début de saison. On a coutume de dire que ce qui est pris n’est plus à prendre et c’est vrai. A partir de maintenant pour ce genre d’équipes, chaque victoire commence à rendre le nombre de points intéressant. Pour autant, avec 17 ou 18 points, vous ne faites pas grand-chose dans ce championnat donc il faudra encore aller en chercher beaucoup pour au moins rester en National. Une fois que l’on aura ça on pourra respirer un peu mais en attendant, il faut de la sueur, du travail et de l’implication. J’espère que les joueurs vont garder l’état d’esprit qu’ils ont jusque-là. »

 

Le calendrier a fait que vous n’avez pas affronté d’équipes en plein confiance encore, est-ce que cela change quelque chose pour vous dans l’approche du match ?

 

« On s’est déplacé à Saint-Brieuc qui restait sur 2 victoires de rang, même s’ils n’étaient pas bien classés et qu’ils ne sont pas programmés pour être là en fin de saison. Chambly cela reste une équipe qui descend de Ligue 2. C’est comme ça qu’est fait le championnat et on ne peut pas tirer d’enseignements sur le classement d’aujourd’hui. Dans 5 jours, une équipe qui fait une série de quelques victoires peut chambouler tout le classement. Je prends toujours l’exemple de Mathieu Chabert avec Beziers qui est monté en Ligue 2 en ayant 14 points de retard à 12 matchs de la fin. C’est comme Laval cette année qui en seulement quelques victoires à recollé au peloton de tête alors qu’ils étaient en difficulté en début de saison. Quand on enchaine les victoires, ça permet d’avancer. »

 

C’est une équipe qui ne prend pas beaucoup de buts, 2 seulement, il faudra faire sauter le verrou ?

 

« C’est une équipe qui ne prend pas beaucoup de buts car elle a une bonne possession du ballon, qui va vers l’avant quand même malgré beaucoup de matchs avec un but d’écart. Quand vous jouez des équipes qui ont beaucoup de points cela signifie qu’il y a des forces en présence donc oui c’est excitant dans le sens où l’on joue une très bonne équipe et cela nous permet de s’évaluer même si cela restera la vérité d’un match. Tirer des conclusions sur un match ce n’est pas possible après si peu de journées. »

 

Villefranche a perdu des joueurs clés de leur belle fin de saison dernière, tu t’attendais à les voir aussi haut ?

 

« Ils ont perdu quelques joueurs mais ils en ont gardé quelques-uns qui étaient présents pour les barrages. Quand vous prenez ceux de derrière (même si Renaut est suspendu) ou encore Dabasse devant et Injaï au milieu, ce sont des garçons qui étaient là la saison passée. C’est une aventure qui permet d’aller au barrage et cela crée une dynamique mais nous aussi on bénéficie d’une dynamique créée la saison passée. Ils sont dans une continuité mais quand on voit leur qualité collective il y a une logique. »

 

Est-ce que le nombre conséquent d’absents (entre les suspendus et les blessés) t’inquiète ?

 

« Je préfère les avoir que de ne pas les avoir mais je sais très bien que dans un championnat, il y a des moments comme ça. On a essayé de faire un groupe qui paraît presque trop étoffé quand tout le monde est là mais dès que l’on a quelques pépins, on se rend compte qu’il n’est pas si élargi que ça. C’est aussi l’homogénéité du groupe qui doit faire notre force et nous permettre d’aborder les matchs quels que soient les absents avec les mêmes principes de jeu. C’est peut-être la compétition qui manque à certains joueurs mais on va rentrer dans une période, avec la coupe de France notamment, où les temps de jeu seront un peu redistribués et c’est bien car sur une saison on a besoin de 16, 17 joueurs au même niveau. »

 

Roger est parti cette semaine. Tu dis souvent que des départs peuvent provoquer des arrivées, est-ce que cela peut-être le cas ?

 

« Pour Roger, son départ est en rapport du temps de jeu plutôt faible qui se dessinait pour lui car des joueurs qui dans mon esprit passait avant mais on est persuadé que le joueur à un potentiel. On va garder un œil dessus pour voir quelles sont ces prestations. Peut-être que ça le libèrera d’être dans un nouvel environnement. Il n’est plus là mais on va continuer de le surveiller. Pour répondre à la question, à partir du moment où il y a quelqu’un qui part, on peut potentiellement prendre quelqu’un. »

 

Arnold (Temanfo) était encensé pour sa polyvalence et a finalement joué presque tout le temps, tu pensais qu’il aurait tout de suite un rôle aussi important dans l’équipe ?

 

« Arnold il a cette force-là, il travaille tout le temps. Qu’il joue ou pas, il reste d’humeur égale et c’est le parfait exemple du type de joueur que l’on doit avoir dans un club comme le nôtre et dans un championnat comme le nôtre. A partir du moment où l’on fait appel à lui, il est prêt. Il a cette polyvalence qui lui permet de jouer à plusieurs postes aussi donc c’est le joueur idéal aussi sur le banc comme on est que 16 et que l’on n’a pas beaucoup de place sur le banc. A partir du moment où il a joué, il a su aussi saisir sa chance donc pour l’instant il joue. A lui de garder son niveau de performance pour continuer à jouer. Cela permet aussi de booster ceux qui jouent un peu moins mais qui se rendent compte qu’ils peuvent être titulaires à tout moment (comme Madyen contre Orléans qui a fait une bonne entrée avec 2 passes décisives et qui avait joué en équipe réserve la semaine d’avant). C’est bien que les joueurs voient que d’un week-end sur l’autre, on ne sait pas ce qui peut se passer entre les entraînements, les matchs ou des exclusions. »

 

 

Hugo Burg – FC Annecy

 

Vos commentaires

Retour ›
FC ANNECY
Présente
Devenez fan

Billetterie en ligne

Réservez vos places
Et gagnez du temps à l'entrée du stade

Boutique en ligne

Découvrez tous les produits
Livrés partout en France

Devenir partenaire

Découvrez nos offres
Et rejoignez le réseau
Partenaires
Partenaires institutionnels