Actualités

FC Annecy
Capture d’écran 2021-10-07 à 14.59.03-min

National 1 (J10) – Conférence de presse d’avant match (FC Bastia Borgo – FC Annecy)

07 oct. 2021
Actualité
Le milieu de terrain du FC Annecy, Alexandre Fillon, et l’entraîneur Laurent Guyot étaient en conférence de presse ce jeudi pour le déplacement chez la lanterne rouge, le FC Bastia Borgo (vendredi à 19h).
 
Alexandre Fillon, milieu de terrain du FC Annecy

 

Déplacement à Bastia mais d’abord retour sur cette courte semaine. Je suppose que tous les indicateurs sont au vert ?

 

« Oui tous les indicateurs sont au vert mais chaque week-end, c’est une remise en question donc on est vite passé à autre chose. On est bien reposés et prêts dans les têtes pour ce match tout aussi important à Bastia vendredi. »

 

Vous passez d’une équipe qui n’avait jamais perdu à une équipe qui n’a jamais gagné, ça change quelque chose pour vous ?

 

« Franchement, ça ne change rien dans ce championnat. Toutes les équipes peuvent gagner contre tout le monde. Chez eux, ils ont 3 matchs nuls et une défaite en accrochant des gros comme Laval, Bourg-en-Bresse ou le Red Star. On s’attend à un déplacement compliqué mais dans l’objectif de ramener les 3 points. »

 

L’ambiance corse est toujours particulière de toute façon, non ?

 

« Ah oui ça c’est sûr, on va être attendus on le sait. Mais après il ne faut pas se focaliser sur l’ambiance. Il faut se focaliser sur nous, sur notre jeu et essayer de rapporter les 3 points. »

 

Sur le papier, vous avez fait tomber le co-leader, il ne serait pas un peu idiot d’aller perdre des points chez la lanterne rouge ?

 

« Idiot… Je pense que ce n’est pas le bon terme mais c’est vrai que ce serait dommage. Cela reste un déplacement, en Corse et ramener un point n’est pas forcément un mauvais résultat même si on y va avec l’envie de ramener la victoire »

 

Quelle qualité il faudra encore démontrer face à cette formation corse, sur un synthétique ?

 

« Oui c’est vrai que c’est un synthétique donc ça va aller encore plus vite et il va falloir s’adapter. Pour les ingrédients à mettre, ce sera les mêmes que contre Villefranche avec beaucoup d’intensité, un pressing important encore et être efficaces dans les deux surfaces en ne prenant pas de buts et en marquant. »

 

Avoir 2 matchs en 4 jours dont un en déplacement, c’est un handicap ?

 

« Cela change que de jouer tous les vendredis mais après on est professionnels et il faut s’adapter selon le calendrier. On s’est bien reposés depuis lundi et on va arriver déterminés et relâchés pour passer ce match dans les meilleures conditions. »

 

Qu’est ce qui pourrait provoquer le dérèglement de l’équipe aujourd’hui ?

 

« Je ne sais pas, qu’un des joueurs ne fassent pas les efforts que l’on lui demande mais cela n’arrivera pas car le groupe est fort et le collectif est bon. Il faut que personne ne sorte du collectif je dirais, et tout devrait rouler. »

 

Deux mots sur le tirage de la coupe quand même avec les retrouvailles ?

 

« Oui les retrouvailles, on parle de revanche. On avait un peu en travers de la gorge cette défaite l’année dernière et cette élimination. J’aurais aimé les retrouver, peut-être pas si tôt pour notre entrée mais c’est le tirage qui veut ça. Ce qui est bien c’est que cela va être un beau match avec une belle ambiance. C’est beau pour le football haut-savoyard. »

 

Il y aura donc un esprit de revanche dans vos rangs ?

 

« Oui quand même bien sûr ! Cela reste un match de coupe où il faudra mettre de côté le championnat pour se concentrer sur la coupe. Il y a déjà des équipes de N2 qui se sont fait sortir par des équipes de divisions plus faible donc ça peut nous arriver. On va déjà se concentrer sur le match de vendredi en championnat qui va être très important. »

 

Vous allez affronter les demi-finalistes !

 

« C’est ça, mais on en parlera en temps voulu la semaine prochaine. »

 

Comment tu vois la compétition de la Coupe de France, cela permet de couper avec le championnat ?

 

« Oui c’est toujours un plaisir, surtout quand on arrive à jouer contre des équipes de Ligue 1 ou Ligue 2. Après, au début on affronte des équipes d’un niveau plus bas mais c’est toujours un plaisir avec les maillots, cet esprit Coupe de France : c’est important dans l’année. »

 

Ce n’est pas loin, il y aura des maillots rouge et blanc dans les tribunes ?

 

« Oui il va y avoir du monde au stade des Grangettes avec des supporters de Rumilly et des supporters d’Annecy. C’est bien pour le football de retrouver du monde dans les stades et il y aura un beau match je l’espère. C’est un vrai derby avec deux équipes qui sont le plus haut dans la Haute-Savoie. »

 

 

Laurent Guyot, entraîneur du FC Annecy

 

Peu de jours entre les deux matchs et un déplacement assez important. C’est bien de garder le rythme ou c’est un handicap ?

 

« On n’a pas trop le choix et puis ce n’est que la première fois que cela nous arrive contrairement à des équipes comme Châteauroux. Ça modifie la semaine mais c’est comme ça. Il faut bien récupérer physiquement et psychologiquement du match que l’on vient de faire parce que c’est un nouveau combat contre une équipe contre qui c’est toujours difficile chez elle. Malgré la difficulté du classement, cela ne correspond pas à ce qu’ils sont capables de faire sur le terrain. C’est une équipe qui marque beaucoup à domicile et qui a eu des bons résultats face à des grosses cylindrés du championnat. »

 

Affronter la lanterne rouge ne veut pas dire match facile. On passe d’une équipe qui n’avait jamais perdu à une équipe qui n’a jamais gagné mais cela reste compliqué ?  

 

« Bah c’est pris de cette manière par beaucoup de gens mais moi je ne prends pas ce match là en fonction du classement. Je regarde les qualités et les faiblesses des adversaires, je connais les qualités et les faiblesses de la mienne et on essaye de faire en sorte de bien préparer les joueurs pour jouer sur nos forces. Il y a toujours l’inconnu d’une nouvelle rencontre. Le match sera beaucoup plus serré que ce que laisse penser le classement. »

 

La confiance est un élément très important dans ce genre de matchs ?

 

« Tout dépend de comment tourne le match. C’est un des challenges pour nous que le match puisse augmenter notre confiance et atteindre leur confiance en eux. Après, une équipe corse qui perd confiance à domicile j’ai quand même rarement vu. Je sais que cela va être difficile à chaque fois et le seul écart qui comptera sera celui à la 34ème journée. Il faut avoir conscience de la force d’un adversaire et de la difficulté d’un match : c’est la meilleure manière de se préparer. »

 

Il y a des écarts qui commencent à se créer avec 4 points d’écart sur le 4ème ?

 

« Ce que je vois c’est que l’on a 20 points, c’est à peu près la moitié des points qu’il faut pour se maintenir, peut-être même 21 ou 22 points. C’est la seule chose que je regarde. Je joue à chaque fois le match qui viens et ce qui est important c’est d’assurer le maintien de l’équipe à ce niveau la saison prochaine et pour cela il faut jouer match par match. Je n’ai pas un autre discours avec les joueurs donc les écarts ne m’intéressent points. Je veux me rapprocher de la quarantaine de points qui me permettra d’être sain et sauf. »

 

Quelles certitudes vous avez par rapport au jeu ?

 

« Dans le foot, il faut éviter d’avoir des certitudes. On a un état d’esprit qui nous permet collectivement d’être fort. Les retours que l’on a sont que l’on dégage un collectif, on joue en équipe et c’est ma principale satisfaction. C’est ça qui est le plus dur à maintenir même si à travers ça il y a des joueurs qui ressortent plus du lot. A la fin du match, quand on énumère la prestation individuelle on arrive à énumérer tout le monde car tout le monde a joué pour l’équipe et l’équipe récompense tout le monde. A nous de continuer de jouer en équipe et d’être bon collectivement. »

 

Vous avez des blessés et des suspendus mais malgré tout, votre collectif ne change pas sur le terrain. C’est royal pour un entraîneur ?

 

« On a travaillé là-dessus aussi depuis le début de saison. Quand avec Jean-Phillipe Nallet on s’est penché sur l’effectif, assez rapidement on s’est dit qu’il fallait avoir un effectif entre 20 et 23 joueurs et 2 ou 3 gardiens mais surtout avoir un groupe homogène car on sait que la saison est longue et que notre jeu n’est pas économe. On cherche à jouer d’une certaine manière et il faut pouvoir prendre les relais de blessures, de suspensions. C’est une satisfaction quand des joueurs comme Goncalves, Kashi et Spano qui ne sont pas là en étant pratiquement une colonne vertébrale et que l’équipe continue de fonctionner. C’était difficile quand j’avais tout le monde de les mettre en tribune. Aujourd’hui, entre blessés et suspendus, on en met un peu moins. »

 

Deux mots sur le tirage de la Coupe de France ?

 

« Non. Je vous parle de la coupe après le match de Borgo en conférence de presse avec plaisir. Moi je m’occupe du match de Borgo et pas du match de la semaine prochaine. Au même titre qu’avant Villefranche, je ne vous ai pas parlé de Borgo. D’ailleurs vous ne m’avez pas posé de question là-dessus, c’est bizarre (rires). »

 

 

Hugo Burg – FC Annecy

 

Vos commentaires

Retour ›
FC ANNECY
Présente
Devenez fan

Billetterie en ligne

Réservez vos places
Et gagnez du temps à l'entrée du stade

Boutique en ligne

Découvrez tous les produits
Livrés partout en France

Devenir partenaire

Découvrez nos offres
Et rejoignez le réseau
Partenaires
Partenaires institutionnels