Actualités

FC Annecy
Momo Fadhloun 2

National 1 – Mohamed Fadhloun (SC Lyon) : « Une fierté d’affronter le FC Annecy en National »

23 nov. 2020
En direct du Fécé
Demain soir, à l’occasion de son match en retard face au SC Lyon, le FC Annecy retrouvera un de ses anciens joueurs, Mohamed Fadhloun (2010-14). Le milieu de terrain de 26 ans nous parle de son parcours de footballeur, de ses souvenirs sous le maillot rouge, des difficultés actuelles du SC Lyon et de la rencontre qui l'opposera face à son ancien club.

Momo, quel est ton sentiment au moment de retrouver le FC Annecy ?

« J’avais déjà rejoué contre le club en 2014 avec la réserve de Bourg en Bresse Péronnas, c’était un match de Division d’Honneur. Pouvoir affronter le FC Annecy six ans plus tard en National, c’est une fierté. Ça montre le chemin que nous avons parcouru. Je suis en très bon terme avec tout le monde au club, que ce soit la direction ou les joueurs. C’est vrai que ça m’embête un peu de devoir jouer contre Annecy un match charnière pour le maintien »

As-tu suivi l’évolution du club depuis six ans ?

« Depuis mon départ, j’ai toujours suivi de très près le FC Annecy. Je regarde chaque week-end les résultats du club, les buteurs, les compositions d’équipes. Je regarde vraiment tout. Le club a franchi très rapidement les paliers. Leur quatrième saison en National 2 a été la bonne, et ça prouve que le porte-bonheur du FC Annecy s’appelle Michel Poinsignon. L’évolution du FC Annecy est méritée parce qu’elle est saine. Le club a affiché ses ambitions et les a assumées. C’est très bien pour la ville et pour la région ». 

 

« Michel Poinsignon, plus qu’un coach pour moi »

 

Tu es arrivé au FC Annecy en 2010 en U17 Nationaux. Quels souvenirs gardes-tu de ces 4 années au club ? 

« Je garde de très bons souvenirs, certainement mes meilleurs souvenirs car j’étais jeune et il n’y avait pas encore trop de pression à cette époque. Annecy était un des clubs les plus structurés pour permettre aux jeunes de s’aguerrir et de franchir les différents paliers. En équipes jeunes, j’ai connu des éducateurs comme Laurent Falconnier, Thibault Korzielewski, Didier Toffolo et Tiphaine Cadot ». 

Restes-tu en contact avec les « anciens », ceux que tu as côtoyés en Division d’Honneur ?

« Bien sûr, nous restons en contact. Il y a deux ans, nous nous étions revus à l’occasion d’un repas avec les anciens joueurs du club. J’ai gardé également contact avec Michel (Poinsignon). On s’appelle régulièrement car on s’apprécie beaucoup mutuellement ».

On sent que Michel Poinsignon est quelqu’un qui te tient beaucoup à cœur …

« Michel, c’est celui qui m’a permis de me remettre de mon année de suspension, quand j’évoluais en U19. J’étais dans une situation difficile mais il m’a fait relativiser et m’a pris sous son aile en sénior. Il m’a permis de croire en moi, de ne pas lâcher. C’est grâce à lui que j’ai pu rebondir et partir ensuite à Bourg en Bresse. Je ne le cache pas, Michel c’est plus qu’un coach pour moi. Je lui dois beaucoup. Mais demain nous serons adversaires, et il n’y aura pas de cadeaux (rires) ».

 

« C’est un match capital »

 

Parle-nous de ton parcours depuis ton départ du club ?

« Après ma première année sénior au FC Annecy, j’ai décidé de partir à Bourg en Bresse. Au départ c’était pour jouer avec la réserve, mais j’ai assez vite intégré l’équipe première qui jouait en National. A la fin de la saison on est montés en Ligue 2. La saison suivante, j’ai été écarté des terrains pendant 9 mois à cause d’une pneumonie. Je suis ensuite parti un an à Concarneau en National où j’ai pu rejouer et reprendre confiance. Mais j’ai eu encore quelques pépins physiques, et j’ai pris la décision de redescendre d’un niveau et de rejoindre Sedan, qui possédait une cellule médicale de grande qualité. Ce fut une magnifique saison avec Nicolas Usaï, j’ai joué 29 matchs complets sans me blesser. J’ai eu alors plusieurs propositions de clubs en National mais j’ai décidé d’aller tenter ma chance en Belgique, à Virton, où les conditions contractuelles étaient très intéressantes. Nous sommes montés mais j’ai ressenti le besoin de me rapprocher de ma famille et de celle de mon épouse, et c’est pourquoi j’ai signé la saison dernière en National au SC Lyon qui présentait un projet ambitieux ».

Le SC Lyon ambitionnait cette année la montée en Ligue 2. Comment expliques-tu les difficultés rencontrées depuis le début de saison et cette actuelle place de lanterne rouge ?

« On a eu beaucoup de mouvements cet été avec un nouveau staff et beaucoup de nouveaux joueurs. On savait qu’il nous faudrait un peu de temps pour que l’équipe tourne à plein régime. En début de saison, il y a certains matchs que nous n’avons pas gagnés en ne sachant pas convertir nos occasions. Ensuite, quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, forcément le doute s’installe. Il nous manque ce petit déclic pour que les matchs tournent en notre faveur. Vendredi, nous avons réalisé un très bon match contre Cholet, mais nous n’avons pas su prendre les trois points ».  

Comment abordez-vous le déplacement de demain au stade des Fins ?

« On ne va pas se mentir, c’est un match capital. Il peut être un tournant aussi bien pour Annecy que pour nous sur cette première partie de saison. C’est un match qui vaut plus que trois points. On sait que la pelouse du stade des Fins est difficile mais nous ne sommes pas du genre à balancer de grands ballons vers l’avant. Nous sommes derniers depuis le début de la saison, mais nous ne déjouons pas. Après, on sait que ça risque de se jouer sur des détails ». 

Interview réalisée par Jean-Baptiste VIVIAND

 

Vos commentaires

Retour ›
FC ANNECY
Présente
Devenez fan

Billetterie en ligne

Réservez vos places
Et gagnez du temps à l'entrée du stade

Boutique en ligne

Découvrez tous les produits
Livrés partout en France

Devenir partenaire

Découvrez nos offres
Et rejoignez le réseau
Partenaires
Partenaires institutionnels